La musique Tamashek: de l'Imzad à la guitare Rock.

Mis à jour : 7 mai 2020





Personne ne sait vraiment avec certitude d'où venaient les Touaregs nomades, ou Kel Tamashek comme ils s'appellent eux-mêmes. Entre le VIIIe et le XIIe siècle, ils ont migré vers le sud et peuplé les vastes plaines et les chaînes de montagnes reculées du désert du sud du Sahara. Ils ont apporté leur culture berbère ou amazigh avec eux et aujourd'hui, cela est se voit clairement dans leur langue, le tamashek et leur société matriarcale. Ces racines expliquent également l’attachement profond du peuple tamashek à la musique et à la poésie. Les deux instruments qui forment le socle de la musique tamashek traditionnelle sont le tambour tindé et un violon à une corde appelé imzad. Les deux sont strictement réservés aux femmes. Les hommes se contentent du luth teherdent, de la flûte berger, du chant et des claquements de mains. Ils s'expriment également par des danses à l'épée et des défilés de chameaux. Les troupes tindées traditionnelles et les virtuoses imzad font légion, mais le groupe qui a le plus réussi à faire connaître ces sons traditionnels à un public mondial est l'Ensemble Tartit de la région de Tombouctou, dirigé par le charismatique et déterminé Fadimata Walet Oumar, alias «Disco». Tartit, qui signifie «Union», a été formé dans les camps de réfugiés mauritaniens qui ont donné aux habitants du nord du Mali refuge pendant les années les plus amères de la rébellion touareg au début des années 1990. Leur musique est une réponse traditionnelle aux difficultés modernes. En revanche, Tinariwen, qui vient d'une région appelée l'Adrar des Iforas dans l'extrême nord-est du Mali, a troqué ses instruments traditionnels contre des guitares à la fin des années 1970 et au début des années 80. Leur fondateur et leader, Ibrahim Ag Alhabib, est reconnu pour avoir inventé le style moderne de la génération rock de la musique tamashek, qui est devenu simplement connu sous le nom de «guitare». Le groupe s'est formé à Tamanrasset en 1979. Au cours de la rébellion, Tinariwen est devenu la musique symbole du mouvement rebelle, et leurs chansons ont galvanisé la révolte concertée des jeunes Tamashek.

Tinariwen, Sastanàqqàm

Depuis le premier festival dans le désert en 2001, les Tinariwen sont devenus le groupe de musique nomade préféré des festivals du monde entier, portant leur message de fierté du désert aux quatre coins du monde. La ville de Tamanrasset, l'oasis du sud du désert algérien qui est ville névralgique de la culture tamashek a une scène musicale étonnamment prolifique. De nombreux artistes s'y regroupent (lors de votre prochain voyage, n'hésitez pas à rencontrer Kada qui vous fera rencontrer la scène rock de Tamanrasset). Vous y rencontrerez peut-être des artistes du groupe Tinariwen, Tarbiat, Imarhan, Telouat, Tarwa N-Tiniri ou Tidawt.

De l'autre côté, plus au nord Est, vers le Tassi'n'Ajjet, la famille Othmani de Djanet rayonne avec un style de musique assez different. Baly Othmani, un joueur de oud et chanteur de renom, a presque à lui seul sorti la musique tamachek de l'obscurité dans les années 1990, avec l'aide du musicien et compositeur américain itinérant Steve Shehan. La matriarche du clan, Khadija Othmani est une poètesse et chanteuse aux qualités rares, et elle règne sur une famille qui compte des générations de chanteurs et de musiciens accomplis. Beaucoup d'entre eux se produisent sur un CD magnifique intitulé Ikewan, ou «Touareg Memories». Tous les amoureux de la musique tamashek ont ​​été choqués par la nouvelle du décès de Baly Othmani en juin 2005. Il a été emporté par une crue éclaire provoquée par l'une des averses torrentielles à Djanet (Algérie).






"Khadijia Othmani à gauche et mère de Baly Othmani est une poètesse et chanteuse touareg aux qualités rares. Elle règne sur une famille qui compte des générations de chanteurs et de musiciens accomplis qui représentent la musique tamashek."


Maghreb expérience vous permet de mieux découvrir la musique Tamashet à travers des expériences inédites. Voir nos expériences à Tamanrasset et à Djanet.






72 vues0 commentaire